Cette semaine, je jette...et nettoie ma vie

Notre société nous a habitué à posséder, avoir, détenir plein de choses. On nous a créé ce besoin de possession. On achète, on entasse, on stocke et ça encombre nos vies.

Dernièrement, j'ai lu le livre la magie du rangement de Marie Kondo. Un livre pour les fous. Un truc de toqués. Tout jeter, mais what the fuck ! C'est ce que je pensais.
 
On commence le livre et on se laisse embarquer par le rythme : jeter, vider, nettoyer.
Mon mari m'a pris pour une folle, s'est moqué gentiment. Encore une nouvelle lubie, après les couches lavables et le zéro déchet, il est habitué à mes idées qu'il trouve farfelues.
J'ai pris mon temps pour le lire, un chapitre par là, un autre par là. Une fois fini, j'ai eu une première réaction bizarre : Je me suis mise au milieu de mon appartement, j'ai tourné sur moi-même et là, j'ai réalisé que peu de choses me mettait en joie. Trop de fouillis, de trucs qui traînent, d'objets inutiles.

Le credo de Marie Kondo : jeter, c'est vrai. Mais pas n'importe comment. Un objet à la fois et toujours la même question "cet objet me met-il est joie ?" Si la question semble idiote, le résultat est saisissant.
Je n'ai pas fait de photo de mes armoires et commodes en mode avant/après. Sachez cependant que j'ai vidé et jeté une commode ! Une commode, mec !! Trois tiroirs de fringues en moins ! Ce à  quoi il faut rajouter un autre tiroir vide dans la commode parentale et une penderie qui désormais ferme.
D'avoir jeter une commode (!!) j'ai agrandi mon espace vital. Du coup, j'ai continué : un meuble de salle de bain vidé à rejoint la commode aux encombrants. Là encore : j'ai agrandi la pièce !!


Bizarrement, je me sens plus sereine sans du fouillis partout en ayant vidé 2/3 trucs, certains à la poubelle d'autres à la cave. C'est vraiment magique.

Photos avant/après du haut la bibliothèque :

Bibliotheque

 Des jouets, du modelage de la peinture, des BD, un volant avec son pédalier pour les jeux vidéo...

Bibliotheque

Et voilà !
3 coffrets CD, une baffle, un coffret BD. Comment ça respire !

Une autre ? Allez : le sac à couture :

Fouilli couture


Fouilli couture rangé
 Bah ? L'est où le fouillis ?

Cerise sur la gâteau, mon mari qui déclare prendre des vacances pour m'aider et faire les peintures de l'appartement !!

Je vous encourage à faire de même : lecture, tri puis rangement.

Êtes-vous tenté ? Avez vous déjà essayé ? Dite-moi tout !!

Cette semaine, je liste plein de trucs

Depuis toute petite, j'adore les listes !
En primaire, déjà dévoreuse de romans, je listais ceux lu et les classais par ordre de préférence. J'avais des petites fiches sur lesquelles je notais le titre et un résumé, les petites fiches dans une grosse boite et je les classais selon mes préférences.
Ado, j'ai fait la fameuse liste des garçons les plus mignons. Les réels du collège comme les fictifs de la télé. Cette liste-là perturbait un peu mes copines, entre Parker Lewis et Johnny Deep j'intercalais des Darcy et des Heathcliff. Faut dire, je ne lâchais toujours pas les romans et mes camarades de troisième n'avaient pas lu Orgueil et Préjugés et encore moins les Hauts de Hurlevent.

Bon, par contre...heu...là...je sais pas lequel classer avant l'autre :





Je parle des chatons, hein !! Si vous en voulez d'autres, cliquez là !

Au lycée, je continue mes listes : métiers de rêves, lieux à visiter, livres à lire, etc

Bref, vous comprenez le principe.

Depuis peu, le bujo a fait son entrée dans ma vie et la folie des listes est revenue. Je fais une liste toutes les semaines, ma to-do list. Des trucs en vrac à faire cette semaine-là et puis j'ai trois autres listes : Livres lus (pour le défi 80, pour le moment le troisième titre est en cours de lecture), Shopping en soldes (Vous avez vu le prix des chaussures pour enfants !!) et les idées de billet pour le blog.

weekly bujol

Bref, j'aime les listes !!

Et vous, les listes ? Vous aimez ? ou au contraire ?

Projet 52#4 - Douceur

(Oui, je sais, il manque livres et apéro mais j'ai manqué de temps)



Rien de plus doux que plein de doudous pour faire la sieste.

Comment démissionner de l'éducation nationale quand on est professeur des écoles stagiaire ?

C'est décidé : vous jetez l'éponge !

Pour des raisons qui vous sont propres, vous avez décidé de démissionner de l'éducation nationale.
Vous cherchez donc des informations sur comment le faire. Vous trouvez plein de réponses sur le net concernant la démission dans le secondaire mais rien pour les professeurs des écoles stagiaires.
Vous êtes au bon endroit !



Ma procédure de démission étant enfin terminée, je peux vous expliquer comment procéder.

La première chose à faire : contacter un syndicat. Celui de votre choix et expliquez votre situation, votre souhait d'arrêter. Les syndicats sont aussi là pour foutre un coup de pied au cul de votre inspecteur si le traitement de votre démission traîne.

Ensuite, vous rédigez votre courrier dans lequel vous informez votre inspecteur votre choix. N'hésitez pas à rappeler en une phrase votre école d'affectation.

Deux choix s'offre à vous : avec et sans préavis.
J'ai pour ma part choisi le modèle sans préavis. Pour cela vous écrivez dans votre lettre que votre état de santé ne vous permet pas de tenir une classe, que vous êtes en arrêt maladie (joignez-y votre arrêt de travail) depuis ce jour et pour une durée de un mois (ou deux ou trois selon votre état et votre médecin).
Votre missive doit être envoyée à votre inspecteur de circonscription qui se chargera de la transmettre aux personnes concernées (directeur d'école, rectorat, etc). Le même jour, vous envoyez un mail à votre circonscription pour les prévenir par avance de votre choix et vous mettez le syndicat que vous avez précédemment contacté en copie.

Là commence l'attente de la réponse.


Je l'ai eu sous quinzaine.
La réponse que vous recevrez vous demandera de confirmer votre décision, vous rappelant que vous perdrez le bénéfice du concours et que vous serez rayé des cadres de l'éducation nationale.
Il n'y a pas date butoir indiquée pour envoyer votre confirmation. Il semble cependant qu'elle doit se faire sous quinze jours.

Courrier expédié. Attente.

Une semaine plus tard vos recevez votre lettre : ça y est vous êtes de nouveau free ! Libéré ! Délivré !!



Pour vous donnez une idée de la durée de la procédure, j'ai envoyé le premier courrier le 27 décembre et ai été officiellement radiée le 26 Janvier.

En espérant que ce billet vous a éclairé sur la marche à suivre pour démissionner quand on est professeur des écoles stagiaire, je vous souhaite plein de bonnes choses pour la suite. Et n'hésitez à pas poser vos questions en commentaire.

Cette semaine je...transforme mon fouilli en un espace ordonné

Comme beaucoup de monde, depuis quelques temps, je cherche à dompter mon fouilli, mon désordre, mon fatras ou plus simplement mon merdier.
Je croyais être très désordonnée jusqu'à ce que m'inscrivant sur un groupe facebook consacré à la méthode Fly-lady je me rende compte que mon cas n'était désespéré, je ne suis pas seule !!



La méthode fly-lady consiste à faire peu de ménage/rangement tous les jours (à savoir pas plus de 15 minutes) et faire une pièce à fond tous les jours pour éviter que le bordel revienne. C'est une étape mais on en voit pas le bout. Le fouilli est toujours en transit d'un point vers un autre.



Histoire de ne pas mourir idiote, j'ai investit dans La magie du rangement de Marie Kondo. Contrairement à ce que je pensais, il ne s'agit pas d'une méthode de rangement. L'auteur explique comment le rangement l'a aidé au quotidien à se sentir mieux.
Il y a une sorte de mantra qui ressort de ce livre : Un chez soi rangé pour un intérieur serein. Comprendre que notre bordel joue sur notre moral. Quand nous passons notre temps à faire le ménage et rangeons pour la quarante huitième fois la chaussure de Barbie dans la boite dédiée, ce temps est perdu pour autre chose. C'est-à-dire, par exemple, vous avez passé une heure trente à récurer votre chambre, dans un espace plus ordonné vous auriez mis vingt minutes pour votre récurage et auriez donc économisé une heure dix pour autre chose (autre chose que Marie Kondo se propose à nous aider de trouver).

Ce qui ressort lorsque l'on parle de la méthode Marie Kondo : jeter, tout jeter.
Or, ce n'est pas ce qu'elle dit. Oui, on jette beaucoup. Pas pour faire simple mais pour faire mieux.
Prenons quelques cas pratique :
- La figurine moche ramenée par Mémé de son voyage en Bretagne. C'est laid et ça prend la poussière. Pourquoi le garder ? Soyons clair ce truc nous emmerde ! Direction poubelle.
- Avez-vous vraiment besoin de six T-shirts à traîner ? Allez hop ! Poubelle
- Le tas de cours là, ce que l'on garde depuis le CP. Poubelle
- Le t-shirt déglingué qu'on met les jours de farniente et qu'on aime toujours autant, direction l'armoire (et ouais ! Il nous plaît, on l'aime d'amour, on le garde)

Pour ma part avec deux enfants à demeure pour cause de vacances, je ne peux pas beaucoup avancer. Cependant en l'espace d'une mini semaine écourtée (remember le coup du bras cassé de la grande si vous me suivez sur facebook) avant les vacances, j'ai réussi l'exploit (!) de dégager une commode de la chambre parentale, d'avoir restructurée légèrement la dite chambre, d'avoir mis tous les vêtements des enfants dans la chambre des enfants (pourquoi diable avions nous mis les habits et couches lavables de Tristan dans notre chambre alors que la commode d'Amandine était à moitié vide ? ), vidé et rangé une partie du placard de l'entrée et pouvoir du coup y ranger le siège auto d'Amandine qui posait depuis son achat dans notre chambre.

Ma chambre n'a jamais été aussi grande, limite il y a de l'écho !

Dans les faits, je dois être à une dizaine de sacs poubelle descendus (vieilles fringues, cours par correspondance, collection de sac plastique, des trucs cassés, des jouets inutilisables). C'est là qu'on se rend compte qu'on en stock du bordel.
Une fois dégagé tout ce qui nous encombre, il reste de visible que des objets qui nous mettent en joie. Selon la théorie, arrivée à cette étape, je ne devrai plus être que paix et amour envers moi et les autres.

Je n'y suis pas encore, je laisse donc le mot de la fin à notre bon roi de Bretagne :





Bujo du mois#2 Janvier

Tout d'abord je tiens à m'excuser de mon absence et d'avoir raté les derniers rendez-vous photo et "cette semaine, je". Ces derniers jours ont été un peu sportif entre la grande qui se casse un bras (on en parlera plus tard) et l'attaque de grippe maternelle qui a suivi, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour moi. Présentement, Monsieur est à un concert et j'ai réussi l'exploit de mettre Tic et Tac au lit avant 20h30 (pipi, dents et histoire faits).

Bref. On est là pour se faire plaisir aux yeux. Alors, c'est parti pour le bullet journal du mois de Janvier

Semaine 1 :

bullet journal to-do

Pour cette première semaine de mon Bujo, j'étais un peu à la traîne...une sombre histoire de nouvelle année, toussa toussa...Cadres pas droits, lettrage bof bof, rien que du moche quoi ^^

Semaine 2 :

weekly bullet journal




J'ai finalement ressorti le principe daily pour mon Bujo. Sans ça, je procrastine et attend la fin de la semaine pour tout faire et j'ai du mal à avancer dans mes projets.

Semaine 3 :

weekly bullet journal



La semaine dernière, mes cases étaient trop petites. Alors exit les cases Blog et ménage qui se trouvent désormais dans le daily.

Semaine 4 :

weekly bullet journal



Après deux nuits à l'hôpital, j'ai fait simple. On trouve toujours la page avec la To-Do / A faire, l'autre page est coupée avec du masking tape. 3 encarts : Rendez-vous, Blog et daily. Faire des petites cases rectangulaires semblent suffisant pour le moment.

J'ai constaté une chose : plus j'avance dans mon bujo, moins il me prend de temps à faire. J'ai toujours autant plaisir à regarder des pages à la louche sur pinterest et à baver sur mon clavier. J'aime bien y prendre des idées mais je m'en détache de plus en plus pour faire à ma sauce.

Et vous ? Votre bujo est-il toujours identique ou bien vous changez aussi toutes les semaines de modèle ?